Legion des Praetorians Index du Forum
Legion des Praetorians Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion



 Dissolution 
La Legion Praetorienne Ferme ses portes !!! repportez vous a l'annonce Globale.
Ascheriit

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Legion des Praetorians Index du Forum -> Rôle Play -> L'histoire des Legionnaires Praetoriens
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Asch
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2009
Messages: 13
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim 18 Oct - 21:40 (2009)    Sujet du message: Ascheriit Répondre en citant

                                                        
PROLOGUE        
       


    Je n’oublierais jamais cet instant… Ses pleurs résonnent dans ma tête… J’entends encore leurs rires démoniaques… La chaleur du sang coulant le long de mon visage… Je n’ai pas su te protéger, je ne me le pardonnerai jamais.
 

    Je m’appelle Ascheriit, je suis un soldat d’Elyséa de rang neuf, actuellement en faction à la forteresse d’Eltnen, c’est une journée comme les autres qui semble s’annoncer, pourtant la tension au sein de l’empire Elysien est plus que palpable. Devant la menace asmodienne, le recrutement se fait en masse et les nouvelles daevas se comptent par centaines.
Pourtant, aux alentours de la forteresse d’Eltnen, le calme est de rigueur, d’ailleurs il est temps pour moi d’aller faire mon tour de garde. Je me dirige d’un pas tranquille vers l’ascenseur quand soudain, une voix s’écrie dans mon dos :
 

-          « Asch ! Alors comme ça, tu pars sans attendre ta partenaire préférée ? »
-          « Non… Bien sûr que non, Myweth » répondis-je d’un air gêné.
 

    Myweth… est une jeune daeva tout comme moi, elle est ma coéquipière, mais c’est aussi celle qui partage ma vie. Avec ses grands yeux verts pareils à deux magnifiques émeraudes devant lesquelles il est difficile de détourner son regard, ses longs cheveux blonds qui s’envolent à la moindre brise tels des fils de soie et sa silhouette élégante et svelte, elle pourrait mettre n’importe quel homme à ses pieds. Même si elle paraît avoir un caractère bien trempé - caractère dont il faut faire preuve dans l’armée élysienne - Elle est d’une nature douce et calme mais peut aussi se montrer très têtue !
 

-          « Ne prends pas cet air ahuri, allons faire notre ronde ! » Me dit-elle sur un ton moqueur.
 

Nous nous avançons alors tous les deux vers l’ascenceur, et constatant que celui-ci était déjà parti, nous déployâmes nos ailes et descendîmes au pied de la forteresse en planant dans les courants d’air chauds d’Eltnen.
 

Comme à notre habitude, nous commençons notre tour par la forêt des manduris et comme d’habitude, mis à part quelques vespidés et un ou deux dragons cracheurs, il n’y avait pas grand-chose à signaler. Myweth s’exclame alors d’un ton blasé :
 

 -« C’est mou ici, il ne se passe jamais rien ! J’ai envie d’action ! Quand est-ce qu’on va être mutés ailleurs… J’aimerais tant combattre ces dos-poilus aux côtés de nos frères et sœurs ! »
 

Je lui répondis calmement,  posant ma main sur son épaule :
 

-          « Il faut prendre notre temps, faisons déjà nos preuves ici avant de vouloir brûler les étapes. »
-          « Comment faire nos preuves, s’il n’y a rien qui nous le permette ! Du haut de nos vingt ans, on a jamais vu le moindre Asmodien, on ne sait même pas à quoi ils ressemblent en vrai… » dit-elle en faisant la moue.
-          « Ne sois pas pressée d’affronter les Asmodiens, il paraît que se sont de redoutables adversaires. »
-          « Je les attends de pied ferme ! » Cria-t-elle en poitant son espadon en direction d’Asmodae.
-          « Calme-toi tu vas finir par attirer les manduris jusqu’à nous… »  lui répondis-je en lui faisant signe de baisser le ton.
    A peine eu-je fini de prononcer mes mots qu’un cri d’agonie retentit non loin de l’endroit où nous nous trouvons.
Sans perdre un instant Myweth s’élance en direction du hurlement, je la suis en slalomant tant bien que mal entre les arbres.
 

     -     «  Attends-moi, tu vas trop vite !» Lui dis-je.
     -     «  Tu n’as qu’à être plus rapide ! On se retrouvera sur place ! » Me répondit-elle en disparaissant comme une ombre au milieu de la forêt.
 

    J’avais comme un mauvais pressentiment, je me hâtais afin de rattraper ma bien-aimée, courant aussi rapidement que mes jambes me le permettaient. Je vis de la lumière droit devant moi; cela signifiait que j’arrivais à la lisière des bois.
Je déboulais alors sur une clairière et m’arrêtais brusquement devant l’horrible spectacle qui s’offrait à moi.
 

Il était là.
Il se tenait devant moi.
Myweth était là aussi.
Un homme à la peau sombre, de très grande taille, avec une longue fourrure lui parcourant la colonne, depuis la nuque jusqu’aux reins. Doté d’une armure de plate et d’une arme forgées dans un style que je ne reconnaissais pas… Pas de doute il s’agissait bien d’un asmodien !
Au sol, gisaient dans leur sang, deux de nos camarades chargés de surveiller cette partie de la forêt.
Il maintenait fermement Myweth par le cou, dont les pieds ne touchaient pas le sol et qui semblait ne plus pouvoir bouger. Lorsqu’il me vit, ses yeux se colorèrent d’un rouge vif, comme si des flammes en jaillissaient.
Myweth quant à elle, semblait m’implorer de faire quelque chose.
Sans perdre un instant je bondis sur l’asmodien qui la tenait, en brandissant ma guisarme et en criant de toutes mes forces :
 

-« LACHE-LA ! »
 

J’eu à peine le temps de m’élancer que je fus stoppé net par  trois autres asmodiens qui se tenaient en embuscade dans les parages. Ils me plaquèrent violemment au sol, m’empêchant de bouger le moindre petit doigt.
Voyant que la situation tournait en notre défaveur et croyant tout espoir perdu, Myweth ne put s’empêcher de contenir ses larmes, elle laissa échapper quelques paroles :
 

-« J’ai été idiote de croire que j’aurais pu me mesurer à un asmodien… Tu avais raison Asch… Regarde dans quelle situation nous sommes à cause de moi, maintenant… »
 

L’asmodien, pendant qu’il la tenait d’une main lui assèna un coup dans les côtes de son autre poing. Myweth se tordit de douleur.
 

-« ARRETE-CA TOUT DE SUITE ! » Hurlais-je de rage.
 

    En voyant ma réaction, l’asmodien en déduit que la daeva était bien plus qu’un simple soldat à mes yeux et prit un malin plaisir à la rouer de coups pendant que ses trois acolytes riaient sournoisement. Essayant en vain de me libérer je ne pouvais que me contenter d’observer la scène en hurlant pitoyablement. J’entendis les os de mon aimée se briser sous la violence des chocs. Celle-ci poussa un dernier cri avant de s’évanouir.
Soudain les asmodiens se figèrent et ne laissèrent plus échapper le moindre bruit, quelque chose venait de les déranger.
   Celui qui tenait toujours la jeune femme, semblait être le leader du groupe. Il fit un signe de tête aux trois autres sombres,  brandit son imposante épée, et transperça le corps de Myweth, je poussais alors un hurlement de désespoir devant cette image. Celui-ci me regarda avec un sourire narquois, puis projeta Myweth à quelques mètres comme une vulgaire poupée de chiffon.
  
J’avais l’impression d’être en plein cauchemar, et pourtant, c’était bien la réalité.
 

   
L’un des asmodiens qui me maintenait, sans doute agacé par mes cris, me transperça l’œil gauche de sa dague, je me contorsionnai à cause de la souffrance, pendant que le sang coulait à flots le long de ma joue.

J’entendis au loin le cri de nos alliés se rapprocher, trois des asmodiens s’éclipsèrent dans la seconde. Leur chef me jeta un dernier regard avant de disparaître lui aussi.
 

    A bout de forces et à moitié aveuglé, j’essayais de rejoindre Myweth en rampant lentement. Elle baignait littéralement dans son sang, je me rendis alors compte qu’elle respirait encore. Elle ouvrit les yeux, puis me dit d’une voix sanglotante :
 

     -     «Asch… Deviens un grand guerrier pour moi… Nos chemins se séparent ici… Puisse Dame Ariel veiller sur toi… »
     -      « Ne t’inquiète pas, ça va aller, j’entends les nôtres arriver…» lui répondis-je, sans pouvoir contenir mes larmes.
     -       « Ne sois pas triste… Je t’aimerais toujours… »  Lança t-elle avec un sourire.
 

    Ses yeux se fermèrent lentement et une dernière larme coula sur son visage, aussi brillante qu’une perle.
Je m’effondrais de tristesse tout en la serrant fermement contre moi, marmonnant :
 

-          « Je suis désolé… Je n’ai même pas été capable de te protéger… J’ai tout perdu… »
 

     Je m’écroulais sur son corps encore chaud. J’entendais des gens parler indistinctivement autour de moi, nos troupes venaient d’arriver...
 

 

 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 18 Oct - 21:40 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Legion des Praetorians Index du Forum -> Rôle Play -> L'histoire des Legionnaires Praetoriens Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com